3

Il m’arrive en tant que femme et en tant que personne qui essaye de penser au-delà de son genre, d’être marquée comme une femme « machiste », une sorte de Hitler

À quel moment le féminisme a cessé d’être une lutte qui cherche l’Égalité des Droits, pour devenir une Guerre Sexiste où toutes ses membres sont susceptibles à trouver la moindre nuance de différence de Genre pour accuser tout le monde de violent ?…même dans des choses où, bien de fois, il n’y en a pas…

J’ai marre de voir et de lire des femmes qui luttent pour l’égalité, mais qui se réfugient dans le « manque de galanterie ou de virilité » dans quelques situations.

Je ne vois pas ces femmes qui cherchent de l’égalité lutter, aussi, pour les Droits des garçons. Il n’arrive pas aux hommes d’être harcelés au travail ou quelque part ? La différence est que, eux, ils sont « peu virils » et nous, nous sommes des victimes.

Il est incontestable que la femme a une claire désavantage physique, dans la plupart des cas. On devrait donc cesser de chercher de l’égalité (je répète encore) en privilégiant les différences. On devrait cesser de claironner la demande d’éducation et de conscience par le côté opposé de ce que l’on dit chercher. La violence devrait être tout autant inacceptable pour tout les gens.

On ne peut pas demander de l’égalité en jouant les victimes, on ne doit pas continuer à jouer les victimes et à chercher la violence partout.

“D’être moins payée qu’un homme, pour un même poste, c’est de la violence » j’ai lu. « Qu’un homme te dise un compliment dans la rue (avec un ton harceleur, bien sûr), c’est de la violence » cela je l’ai lu aussi, parmi d’autres choses.

Non les filles. Si un mec reçoit plus d’argent pour le même travail ce n’est pas de la violence, c’est de la discrimination. Si un homme est grossier dans la rue, te disant quelque chose à propos de ta beauté, ce n’est pas de la violence, c’est d’être impoli.

Soudain, il semble que tous les maux du monde c’est de la violence. Mais non…

Que les deux, au pair avec la violence, soient des stigmas de la Société qui devraient être également résolus, aucun doute. Mais on ne va jamais déraciner un Affaire Social si on commence à déformer le concept. Puisque vite on va perdre le nœud de ce dont il s’agit vraiment.

Si un homme t’invite à un rendez-vous, une femme a le droit de le faire sentir coupable. Il y a une grande susceptibilité par rapport à tout. Si un homme t’invite à sortir, ce n’est pas qu’il pense que tu es une inutile ou que tu n’es pas capable de payer ton repas, le plus certain est qu’il veut avoir une attention avec toi.

Or, ces femmes qui claironnent l’égalité, jugent les autres femmes. Elles exigent de la liberté de choix sur ton corps et sur tout ce que tu veux faire, cependant si tu décides d’être une stripper, une mannequin ou d’apparaître dans le magazine « Play boy », tu t’objectives. C’est même mal, d’après ces femmes, de se marier et de ne pas travailler ou étudier pour avoir décidé de rester au foyer. C’est-à-dire, utilise ta liberté de « cette façon-ci ».

Elles acceptent que je sois une femme qui a réussi, ou une lesbienne ou une bisexuelle, mais si je rentre dans un bar avec une jupe courte et je drague avec plus d’un homme, là je suis en train de me vendre, de m’objectiver et je suis en train d’embarrasser le genre féminin.

Depuis où on peut exiger de l’égalité, si nous ne sommes pas égalitaires entre nous-mêmes, si nous ne sommes pas cohérentes ?

Je répète encore: à quel moment une lutte pour des droits est devenue quelque chose de si absurde? À quel moment elle a passé d’être une lutte pour l’égalité à remarquer si offrir une poupée à une fille c’est machiste ? Quand est devenu violent un homme qui paie pour un repas ? Violent un homme qui s’assoit dans le bus sans croiser les jambes ? Depuis quand un homme a l’intention de te faire sentir inférieure pour vouloir t’aider à changer une ampoule ou à installer un étalier ?

Tout ceci sans parler des femmes dites “Feminazis” qui pourraient tuer tout être masculin sur la terre. Sans exagérer, il y a quelques jours une femme a avorté parce que son bébé allait être un homme et elle ne voulait plus mettre au monde de la vermine. Elle n’avait jamais pensé à l’élever d’une façon différente. Nous sommes arrivées à ce point absurde, à haïr un genre en entier.

Il y a des hommes méchants, violents et tout cela…et des femmes aussi. On est tous des êtres humains, imparfaits, avec des mauvais jours, avec d’avis différents, avec de différents élevages. Mais appelons les choses par son nom.

Nous sommes différents, ça il faut le célébrer, pas l’attaquer, il faut l’accepter. On se complète, personne ne devrait se sentir inférieure faute d’être habile dans certains aspects ou pour penser différemment, sentir différemment et aimer différemment.

Hommes et femmes ne sommes pas égaux.

Où il ne doit pas y avoir des différences c’est juste là, dans les Droits. Dans les obligations. Et dans les opportunités.

 

Compartí, no seas paco